Logo
Accueil / Le Mag' / Initiation aux métiers manuels et du patrimoine

Initiation aux métiers manuels et du patrimoine

©Nathalie Tiers

L’Outil en Main est une association qui permet l’initiation des enfants de 9 à 15 par des gens de métier aux métiers manuels et du patrimoine. Ils passent environ deux heures par semaine dans les ateliers, à raison de trois semaines de suite dans un atelier, puis changent. L’objectif est de les initier au plus de métiers proposés.

Dans un premier temps, L’Outil en Main permet la revalorisation des métiers manuels et du patrimoine.

Dans un second temps, ces ateliers ont un intérêt social fort. Ils sont un lieu de rassemblement et d’échange intergénérationnel. Les seniors restent actifs, ils enseignent aux enfants mais apprennent également d’eux.

Enfin, ces ateliers suscitent des vocations et L’Outil en Main s’inscrit comme un acteur majeur pour développer la dynamique des territoires. En effet, des jeunes, passés par L’Outil en Main, qui poursuivent leurs études vers l’apprentissage d’un métier, pourront reprendre les TPE/PME locales et créer des emplois.

Comment sont initié.e.s les jeunes ?

Ces ateliers sont animés par des bénévoles, le plus souvent retraités, hommes et femmes anciens artisan.e.s, ouvrier.ère.s qualifié.es ou passionné.e.s, qui initient les jeunes au métier qu’elles/ils ont pratiqué.

Près de 150 métiers sont initiés : les métiers traditionnels du bâtiment (charpente, menuiserie maçonnerie…), les métiers d’art et d’arts créatifs (ferronnerie, forge, céramique, vitrail…), en passant par les métiers du goût (pâtisserie, cuisine...), mais également les métiers liés à l’environnement (apiculture, jardinerie, art floral…) ou encore les métiers du textile et du cuir ainsi que les métiers liés aux soins et à l’esthétique (coiffure), etc. 

Pas de clichés, les filles et les garçons s’essaient à tous les métiers… Que ce soit la couture ou la mécanique !

Les bénévoles transmettent le geste juste, un savoir-faire particulier. Elles/ils permettent aux enfants d’éveiller leur regard et de développer leur dextérité manuelle. Sensibilisés au travail de la matière et à ce qui les entoure, les enfants choisissent ensuite l’orientation scolaire la mieux adaptée à leurs goûts et leur personnalité. Le fait de réaliser quelque chose de concret peut aussi permettre de reprendre confiance en eux, surtout s’ils sont en situation de difficultés scolaires.

Diriez-vous que les stéréotypes liés aux métiers manuels sont encore très présents ? Êtes-vous confrontés à cela avec les jeunes que vous initiez ? 

Oui, les stéréotypes liés aux métiers manuels sont encore très présents. D’une part, les métiers manuels, de l’artisanat, ont longtemps été décriés. Ils ne bénéficiaient pas d’une très bonne notoriété, on a souvent considéré cette filière comme une filière « poubelle ». Aujourd’hui, on se rend compte qu’on est allé trop loin. Beaucoup de jeunes ont été contraints d’aller en filière générale alors que leur envie première était d’être cuisinier.e, menuisier.e, couvreur.e… Malheureusement aujourd’hui, les entreprises peinent à trouver de la main d’œuvre qualifiée et les savoir-faire disparaissent, il est temps de redorer le blason de ces métiers et surtout de mettre en avant les compétences que ces métiers requièrent.

Il ne faut pas être que « nul.le à l’école », quand il s’agit de diriger une entreprise, les compétences doivent être nombreuses et il faut savoir faire preuve de polyvalence. Il y a encore un travail à faire auprès des écoles et des parents qui ont trop souvent trop d’idées arrêtées sur le sujet. Nous sommes en effet confrontés aux paroles de certains parents qui pensent qu’une filière générale assurera un meilleur avenir à leurs enfants. D’autre part, à L’Outil en Main, nous parlons « d’enfants » et pas de « filles » ou de « garçons », les filles peuvent tout à fait être mécanicienne et les garçons couturiers. L’objectif de L’Outil en Main est de mettre tout le monde sur un pied d’égalité, d’ouvrir l’esprit, de faire appel à la création, de développer les savoir-faire et les savoir-être.

 

Angers Taille Pierre

©Nathalie Tiers